L’art de la célébration comme ouverture à un changement sociétal profond

Qu’est-ce que la célébration ? Que célébrons-nous ? Comment célébrer ? Quelle place lui donner dans nos environnements professionnels et personnels ?

Telles sont des questions que nous nous sommes posées Cendrine Gottot de Souffle Créatif et moi-même Bénédicte Roumier de Scicabulle. Puis nous avons voulu les poser à des personnes intéressées par le sujet.

C’est ainsi que le 16 juin 2020, nous avons créé en ligne l’événement « Faites pétiller vos projets » où une dizaine de personnes se sont retrouvées pour échanger et partager nos réflexions, expériences et pratiques. En voici les différentes thématiques qui résultent de notre récolte :

La cohésion, l’inter connaissance :

Dans le milieu du travail, les liens entre les personnes peuvent être en grande partie basés sur l’aspect opérationnel : le travail, la tâche à accomplir. Mais parfois, lors de temps de pause, on peut commencer à apercevoir l’autre, son univers, ses préoccupations et sensibilités. Mais ces instants précieux sont rares et mis à rude épreuve surtout en ce contexte où le télétravail se généralise. Les liens inter personnels peuvent être mis en avant et célébrées par des actes qui favorisent l’interconnaissance.

Qu’il s’agisse de se retrouver pour regarder ensemble des photos souvenirs, ou pour partager des jeux qui font parler de soi, ces moments sont précieux dans la vie d’un groupe. Ils sont des instants où les masques tombent et où on peut toucher du doigt l’authenticité des personnes. C’est énormément fédérateur car ils marquent durablement.

La reconnaissance du chemin parcouru, du travail accompli :

Célébrer c’est aussi prendre un moment de recul pour voir ce qui a été accompli. C’est changer de lunettes : voir ce qui a été perçu à un certain moment comme un échec, comme une leçon, un apprentissage et le regarder avec recul, sagesse, humour et humilité. Reconnaître le chemin parcouru est une très belle manière de s’énergiser et réinvestir son travail. L’humain a tendance à facilement souligner ses points faibles, mais reconnaître ses réussites et avancées est quelque chose de moins évident et pourtant tellement salvateur. Souvent nous nous sentons appartenir à un groupe grâce à ce que nous faisons, grâce aux actions collectives. Le moment de la célébration permettrait d’exister simplement en étant dans l’instant présent, sans besoin de se justifier à travers des actes.

La joie :

Ce sentiment est largement associé à la célébration. Le fait de se sentir en vie, de sortir des tâches quotidiennes, de vivre un instant de pause, suspendu dans le temps. Un moment de célébration est un instant ressourçant où les liens se renforcent. Il peut s’agir du lien entre les personnes, mais aussi avec la nature, avec soi-même et sa nature profonde, à quelque chose que l’on ressent de supérieur. La puissance de ces émotions est perçue comme magique, et transformatrice. En parallèle de la joie, un sentiment très puissant aussi est évoqué : c’est la gratitude. Lors d’instant de célébration on peut se rendre compte de la chance que l’on a d’appartenir à un groupe, de réaliser certaines activités, de ce que l’on peut posséder ou de ce qui est mis à notre disposition.

Célébrer les étapes de la vie, y compris mort, fin ou autres séparations :

La célébration peut servir à valoriser différentes étapes de la vie : devenir autonome financièrement, devenir parents, obtenir son permis de conduire, avoir ses règles, se marier…

Un des écueils de la célébration serait de vouloir célébrer que la joie. Le risque est de chercher à obtenir des moments surfaits, un peu ce qui se vit dans les fêtes où les gens ont besoin de consommer beaucoup d’alcool pour se sentir d’humeur festive et passer une « bonne »  soirée. Célébrer la mort, la séparation et les difficultés, leur faire honneur aussi comme faisant partie du chemin fait partie des enjeux de la célébration. Faire groupe, c’est être ensemble avec toutes les épreuves qui sont apportées par la vie. Être ensemble dans la douleur rend un groupe plus fort. Dépasser ensemble des difficultés donne une force énorme.

La symbolique, le rituel : 

« Une année, pour le jour de l’an, je n’ai pas voulu aller à la fête que donnait des amis. Je n’avais pas envie de vivre un de ces moments dont j’ai l’impression d’en avoir vécu pleins. J’avais eu une année éprouvante et j’ai posé des choix fort qui ont marqué ma vie. Je suis finalement partie avec une amie jusque dans le sud et je me suis baignée nue dans la mer. C’était un instant magique. », témoigne une participante. Elle avait besoin de faire honneur à son chemin et se connecter, comme pour symboliser ce renouveau et tous ces cadeaux qu’elle s’était offerts. Même si tout cela n’était pas prémédité, elle a suivi son instinct et respecté son besoin d’une manière de célébrer plus adéquat avec son vécu.

Dans beaucoup de civilisations, les rituels avec des éléments naturels et l’engagement des corps à travers la danse ou autres pratiques sont très présents. Si on prend un moment pour sentir comment célébrer telle ou telle étape de la vie, nous retournons instinctivement vers ces pratiques. On peut aujourd’hui les adapter à notre culture afin de les intégrer dans notre quotidien.

Plusieurs constats ont ainsi été faits :

  • Dans notre société actuelle, on a du mal à valoriser le positif, on se focalise sur les échecs et ce qui n’a pas été. On vise toujours des objectifs lointains et plus hauts sans prendre le temps de valoriser ce qui a été fait. Les personnes peuvent avoir l’impression de ne jamais avoir de reconnaissance et leur motivation en pâtit.
  • On a tellement peur de mixer vie privée et vie professionnelle qu’on essaye de se couper de nos préoccupations privées qui malgré tout ont un impact direct. Cela empêche l’authenticité dans les relations, ce qui est un frein à la cohésion d’équipe.
  • Lors des moments de célébration, l’alcool est omniprésent, et il est rare de trouver d’autres rituels que la consommation de nourriture, chocolat ou alcool.
  • Les rituels permettent un lien avec la nature, et notre écosystème. Aujourd’hui nous avons perdu ce lien, ce qui fait que nous pouvons maltraiter notre environnement et nos pairs.

PROCHAIN WEBINAIRE :

Afin d’aller plus loin sur cette thématique nous vous proposons un prochain webinaire « faites pétiller vos projets » le Mercredi 31 Mars à 18H.

Vous pouvez d’ ores et déjà manifester votre intérêt en m’écrivant un mail à benedicte.roumier@scicabulle.com Vous serez inscrit prioritairement lorsque nous ouvrirons les inscriptions officielles.

Bénédicte Roumier.